France

Komodrag & the Mounodor

Komodrag & the Mounodor
ON TOUR

156 km. C’est la distance qui sépare Douarnenez, ville du quintet Komodor, et Paimpol, lieu de résidence du duo Moundrag. Mais entre les deux groupes inspirés par le rock endiablé des années 1968-1973, il n’y a pas l’épaisseur d’une corde de guitare fuzz. Alimentés par la passion du groove et l’amour du riff saturé, les deux gangs fusionnent leurs noms et leurs forces pour générer sur scène un boogie dantesque, lardé de percussions explosives (forcément avec deux batteurs) et d’envolées d’orgue atomique.
"Les 10 concerts qui nous ont fait vibrer"
Réunion bretonne Nord/Sud puisque ce band réunit les Moundrag (Paimpol) déjà programmés aux Trans par le passé et les Komodor (Douarnenez) vus la veille à l’Etage autour d’un répertoire rock, entre heavy, psyché et progressive. « Ici, tout est vintage, sauf nous » clament à raison ces 7 garçons aux cheveux longs qui ont retourné le Hall 3. L’aventure ne fait que commencer !C’est l’histoire de la fusion de deux groupes, Komodor et Moundrag, prêts à faire suinter leurs guitares fuzz et leur énergie rock 70s sur les Trans Musicales de Rennes.  Sept chevelus sur scène qui ont carte blanche, ça donne le projet Komodrag & The Moonodor. Une virée entre le rock progressif et le heavy psychédélisme des années 70. Comme ils aiment le dire, tout est vintage sur scène, sauf eux : deux batteries, des guitares fuzz et évidemment, des amplis à lampes. Un projet 100% breton, entre Douarnenez et Paimpol, à la fusion explosive qui donne irrémédiablement envie de sortir son plus beau pantalon pattes d’éléphant !

TÉLÉRAMA
S’ils ne venaient de Paimpol et de Douarnenez, on pourrait les croire téléportés depuis le San Francisco de la fin des années 60, en plein flower power, dans le quartier de Haight-Ashbury. On redoutait le sympathique groupe vintage, Komodrag and the Mounodor est plus que cela. La réunion de deux groupes (Komodor et Moundrag) manifestement pas dominés par leur ego, au jeu puissant, porté par ses mélodies dans une veine psyché certes usée, mais encore pleine de ressources pour qui sait assembler les pièces du patchwork avec goût. En la matière, ils sont aussi doués que les hippies de l’époque.C’est l’âge d’or du rock seventies qui fit l’objet d’un revival renversant avec les jeunes chevelus de Komodrag and The Mounodor, sept Bretons comme surgis d'un autre temps avec leurs looks impeccables, leurs hymnes hédonistes, et leurs deux grosses batteries.

KR-HOMESTUDIO
Le retour dans le temps avec Komodrag and the Mounodor, formation née pour les Trans composée des paimpolais de Moondrag et des douarnenistes de Komodor. Le combo pattes d’eph-cheveux longs a retourné le parc expo avec son heavy rock 70’s abrasif et sa gestuelle scénique.

LE TÉLÉGRAMME
« Believe it », c’est le nom du tout premier clip du groupe de rock douarneniste Komodor, réalisé par Malo Le Goff, Gaby Le Bigot et Josse Lebastard. Les fans de la formation ne seront pas déçus de ce voyage dans le temps : l’esthétique visuelle et musicale nous plonge directement dans les années 1970, époque manifestement bénie pour les cinq musiciens de Douarnenez, qui viennent d’avoir les honneurs du cultissime magazine Rolling Stone, excusez du peu. Début décembre, Komodor prendra la direction de Rennes, où le groupe se produira dans le cadre des Trans Musicales à deux reprises (dont une pour leur nouveau projet, Komodrag and The Mounodor). Quant à l’album « Nasty Habits », sa sortie est programmée le 17 décembre.

INDIEMUSIC
Komodor from Douarnenez et Moundrag from Paimpol -, pour former Komodrag and the Mounodor, cette incroyable hydre psychédélique à sept esprits connectés au meilleur du revival psychédélique, et pour ça, rendez est pris au Hall 3 !

galerie photoS

galerie vidéos